Nous avons aimé

IMPOSSIBLE
IMPOSSIBLE
DE LUCA, ERRI
16.50 € En stock
Notre avis :

Amateur de randonnée en haute montagne, à la recherche de solitude et de dépassement de soi, un homme est suspecté d'avoir entraîné la mort d'un autre marcheur, présent sur le même sentier ce jour-là.

La raison qui le fait rapidement passer de témoin à suspect est leur passé en commun : anciennement amis, ils se sont engagés politiquement au sein d'une organisation révolutionnaire clandestine.

Le 1er ayant trahi le 2ème, il devient fortement suspect.

 

Huis-clos tendu entre un magistrat chargé de l'enquête et le narrateur, accompagné de quelques lettres écrites de sa cellule à celle qu'il nomme "Amoremio".

On retrouve des thèmes chers à l'auteur : l'amour, le militantisme, la résistance, la montagne, la solitude.

Captivant!

 

Clara, Libraire.

 

Notre avis :

Amateur de randonnée en haute montagne, à la recherche de solitude et de dépassement de soi, un homme est suspecté d'avoir entraîné la mort d'un autre marcheur, présent sur le même sentier ce jour-là.

La raison qui le fait rapidement passer de témoin à suspect est leur passé en commun : anciennement amis, ils se sont engagés politiquement au sein d'une organisation révolutionnaire clandestine.

Le 1er ayant trahi le 2ème, il devient fortement suspect.

 

Huis-clos tendu entre un magistrat chargé de l'enquête et le narrateur, accompagné de quelques lettres écrites de sa cellule à celle qu'il nomme "Amoremio".

On retrouve des thèmes chers à l'auteur : l'amour, le militantisme, la résistance, la montagne, la solitude.

Captivant!

 

Clara, Libraire.

 

MELODIE DE VIENNE
MELODIE DE VIENNE
Lothar Ernst
13.00 € Disponible sous 3 à 8 j.
Notre avis :

Il s'agit d'un roman d'Ernst Lothar (1890-1974), écrivain autrichien. Juif, il émigra aux États-Unis en 1938 et publia ce livre en 1944. Il a été traduit (excellement) et publié récemment par les Éditions Liana Levi. "Mélodie de Vienne" : ce titre m'a d'abord paru un peu aguicheur du genre de la célèbre chanson "Vienne, ville de mes rêves". En fait, il s'agit d'autre chose. L'ouvrage concerne une dynastie de fabricants de pianos viennois, les Ait. Comparés à des pianos concurrents, les leurs, au dire du monde musical, avaient un timbre particulier, qu'on appelait "la méliode de Vienne". Mais, mélodie, en autrichien, c'est lied. Et si l'on songe aux lieder de Schubert, de Malher, de Wolf notamment, on a en mémoire leurs accents séduisants, dramatiques, tragiques.

Or, dans ce livre, ces accents sont sans cesse présents, car la famille Ait, fleuron de la bourgeoisie Viennoise, est confrontée aux soubresauts de l'histoire, pour l'essentiel de 1888, agonie de l'Empire austro-hongrois, à l'Anschluss de 1938. 

La finesse psychologique avec laquelle sont dépeints les protagonistes me paraît égaler celle de Stefan Zweig. Certes le roman est bien agencé ; trop bien ficelé, diront certains. Ainsi, l'auteur de faire apparaître un certain Adolf Hitler, candidat recalé à l'Académie de peinture de Vienne, dont le jury comprenait des peintres juifs. Mais l'Histoire montre que ledit Hitler saura s'en souvenir...

Et puis, certaines phrases ont un écho curieux en 2020. Exemple : "Les Américains se trompent en croyant que l'Europe est un continent qui n'a plus de rôle à jouer." (p.556)

Un chef-d'oeuvre ? Je ne suis pas qualifié pour le dire. Mais pour moi un roman inoubliable. - Jean-André Tournerie. 

Notre avis :

Il s'agit d'un roman d'Ernst Lothar (1890-1974), écrivain autrichien. Juif, il émigra aux États-Unis en 1938 et publia ce livre en 1944. Il a été traduit (excellement) et publié récemment par les Éditions Liana Levi. "Mélodie de Vienne" : ce titre m'a d'abord paru un peu aguicheur du genre de la célèbre chanson "Vienne, ville de mes rêves". En fait, il s'agit d'autre chose. L'ouvrage concerne une dynastie de fabricants de pianos viennois, les Ait. Comparés à des pianos concurrents, les leurs, au dire du monde musical, avaient un timbre particulier, qu'on appelait "la méliode de Vienne". Mais, mélodie, en autrichien, c'est lied. Et si l'on songe aux lieder de Schubert, de Malher, de Wolf notamment, on a en mémoire leurs accents séduisants, dramatiques, tragiques.

Or, dans ce livre, ces accents sont sans cesse présents, car la famille Ait, fleuron de la bourgeoisie Viennoise, est confrontée aux soubresauts de l'histoire, pour l'essentiel de 1888, agonie de l'Empire austro-hongrois, à l'Anschluss de 1938. 

La finesse psychologique avec laquelle sont dépeints les protagonistes me paraît égaler celle de Stefan Zweig. Certes le roman est bien agencé ; trop bien ficelé, diront certains. Ainsi, l'auteur de faire apparaître un certain Adolf Hitler, candidat recalé à l'Académie de peinture de Vienne, dont le jury comprenait des peintres juifs. Mais l'Histoire montre que ledit Hitler saura s'en souvenir...

Et puis, certaines phrases ont un écho curieux en 2020. Exemple : "Les Américains se trompent en croyant que l'Europe est un continent qui n'a plus de rôle à jouer." (p.556)

Un chef-d'oeuvre ? Je ne suis pas qualifié pour le dire. Mais pour moi un roman inoubliable. - Jean-André Tournerie. 

ET TOUJOURS EN ETE
ET TOUJOURS EN ETE
WOLKENSTEIN JULIE
18.00 € Disponible sous 3 à 8 j.
Notre avis :

En ce temps de confinement, quoi de plus cocasse que de partir visiter sa maison de famille...

Virtuellement puisque c'est à une partie d'"escape game" que nous invite Julie Wolkenstein.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu vidéo en ligne, vous pénétrez dans une maison et vous accédez aux différentes pièces à l'aide d'indices que vous collectionnez au fur et à mesure de vos pérégrinations. Ils vous permettent de progresser dans votre exploration et finissent par vous raconter une histoire.

Ici, celle d'une famille qui se retrouve été après été dans cette grande maison normande du bord de mer, riche de souvenirs, de secrets, de petits bonheurs et de vrais chagrins.

Un roman ludique et original, mélancolique et tendre comme un soir de fin d'été. - Lucie 

Notre avis :

En ce temps de confinement, quoi de plus cocasse que de partir visiter sa maison de famille...

Virtuellement puisque c'est à une partie d'"escape game" que nous invite Julie Wolkenstein.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu vidéo en ligne, vous pénétrez dans une maison et vous accédez aux différentes pièces à l'aide d'indices que vous collectionnez au fur et à mesure de vos pérégrinations. Ils vous permettent de progresser dans votre exploration et finissent par vous raconter une histoire.

Ici, celle d'une famille qui se retrouve été après été dans cette grande maison normande du bord de mer, riche de souvenirs, de secrets, de petits bonheurs et de vrais chagrins.

Un roman ludique et original, mélancolique et tendre comme un soir de fin d'été. - Lucie